20 avril 2009

Des fausses étiquettes "DAGUET armées"

De fausses étiquettes de franchise militaire "DAGUET armées" viennent de faire leur apparition sur le marché philatélique. Cependant elles sont aisément identifiables.

Les étiquettes authentiques ont un format de 50 X 20 mm. Les lettres du mot "DAGUET" comportent un espace entre chacune d'entre elles.



Etiquette "DAGUET armées" authentique



Planche de 10 étiquettes "DAGUET armées" authentiques


Les étiquettes contrefaites ont un format de 48 X 25 mm. La police de caractère est différente et il n'y a pas d'espace entre les lettres du mot "DAGUET". Un examen attentif de l'étiquette contrefaite permet de se rendre compte qu'elle a été réalisée à l'aide d'une imprimante à jet d'encre.



Etiquette "DAGUET armées" contrefaite


Nous avons rencontré des étiquettes contrefaites sur des enveloppes dont l'oblitération est également fausse (réalisée à la photocopieuse ou imprimante d'ordinateur).

09 avril 2009

Une nouvelle oblitération mécanique à Paris Tri Interarmées

Le centre de tri interarmées de Paris a mis en service, le 23 mars 2009, une flamme illustrée sur sa machine à oblitérer SECAP à couronne double.

Cette flamme, dessinée par F. Jamesse et représentant l'insigne du Service de la Poste Interarmées entouré des logos de la Marine Nationale, de l'Armée de l'Air, de l'Armée de Terre et de la Gendarmerie Nationale, a été offerte par l'Association "La Marcophilie Navale".

La mise en service de cette flamme était programmée pour la fin de l'année 2008 mais des difficultés techniques l'ont retardée.

Maquette de la flamme illustrée


Premier jour de la flamme illustrée de Paris Tri Interarmées (23/03/2009)

05 avril 2009

L'Inspecteur Général de la poste aux armées

L'Inspecteur Général de la poste aux armées était recruté dans l'Administration des P.T.T. parmi les Directeurs adjoints et Sous-Directeurs à l'Administration centrale, les Administrateurs hors classe, les Inspecteurs généraux et les Directeurs régionaux.

Il était chargé de missions d'inspection, au point de vue technique, dans les divers services ou organes de la poste aux armées.

Il avait un grade d'assimilation de général de brigade (2 étoiles) et portait l'uniforme des officiers généraux avec quelques spécificités propres à cette fonction.

Le képi brodé des inspecteurs généraux de la poste aux armées était d'un modèle identique à celui des officiers généraux, sauf la modification suivante : le bandeau était orné de branches de feuillages, brodées en cannetille mate et paillettes d'or, garnies de feuilles de chêne avec glands et de feuilles de laurier entrelacées (largeur 55 mm).





Les attentes d'épaules brodées étaient constituées par une broderie de 90 mm de longueur et de 20 mm de largeur représentant un motif semblable à celui du képi brodé. Le drap sur lequel est exécutée la broderie est remplie de chaque côté de façon à former doublure et passepoil dépassant la broderie de 2 mm environ chaque côté. La largeur totale de l'attente est d'environ 24 mm.




04 avril 2009

Le bureau postal militaire 640 de Beyrouth (suite)

En complément à notre précédent billet consacré à l'insigne métallique du bureau postal militaire 640, nous vous présentons ci-dessous des documents postaux en relation avec ce bureau.



Enveloppe avec cachet du Lieutenant-colonel ROUDEILL Commandant le régiment français de la Force d'interposition à Beyrouth, marque accessoire dite "puce" et timbre à date "POSTE AUX ARMEES" du bureau postal militaire 640 (17 octobre 1982), retournée à l'envoyeur par le destinataire autrichien en raison de la taxe



Enveloppe expédiée par le vaguemestre des forces françaises de la Force d'interposition à Beyrouth, affranchie à l'aide d'un timbre type poste aérienne avec griffe "ANNULE" (pénurie de timbres ?) oblitéré avec le timbre à date "POSTE AUX ARMEES" du bureau postal militaire 640 de Beyrouth (29 août 1982)



Enveloppe avec cachet du Chef de détachement des Observateurs français à Beyrouth (DETOBS) et timbre à date "POSTE AUX ARMEES" du bureau postal militaire 640 (27 septembre 1985)


A noter qu'un bureau postal militaire portant le même numéro sera réactivé lors de la Guerre du Golfe, à la Cité du roi Khaled (Arabie Saoudite).

03 avril 2009

Dissolution de l'agence postale militaire de la marine de Landivisiau

L'agence postale militaire de la marine "LANDIVISIAU MARINE" a été ouverte le 1er septembre 1967 pour la desserte postale de la Base aéronavale de Landivisiau.



Timbre à date illustré d'un bureau temporaire rattaché à l'agence postale militaire de la marine de Landivisiau à l'occasion du 20° anniversaire de l'aéronautique navale (13 septembre 1987)


Courrier officiel en franchise avec cachet de la Brigade de Gendarmerie Maritime de Landivisiau et timbre à date de l'agence postale militaire de la marine de Landivisiau (05 novembre 1985)


Elle a été rattachée d'un point de vue comptable au bureau de poste de Landivisiau et d'un point de vue postal au bureau postal naval de Brest, devenu bureau postal interarmées le 1er janvier 2003.



L'agence postale militaire de la marine de Landivisiau a été dissoute le 31 mars 2009 au soir.

02 avril 2009

Insigne métallique du bureau postal militaire 640

Le bureau postal militaire 640 fonctionna à BEYROUTH (Liban), du 27 août 1982 au 25 mars 1984, afin de desservir le contingent français de la Force Multinationale d'Interposition (FMI - opération "Epaulard") puis celui de la Force Multinationale de Sécurité à Beyrouth (FMSB - opération "DIODON").

Suite à la dissolution du BPM 640, la desserte postale des éléments français restés en poste à Beyrouth, à savoir le Détachement des Observateurs (DETOBS) et l'Escadron de Gendarmerie Mobile (EGM) chargé de la protection de l'Ambassade de France et des ses annexes, était assurée par un sous-officier du bureau postal militaire 125 de Naqoura.

Le bureau postal militaire 640 fut réactivé à BEYROUTH le 1er mars 1985. Il y fonctionna jusqu'en avril 1986 afin de desservir le DETOBS et l'EGM.



Insigne métallique du bureau postal
militaire 640 de BEYROUTH (1985)

01 avril 2009

Le bureau postal naval de Marseille

Un bureau postal naval intitulé "BUREAU NAVAL N° 64" ouvrit ses portes à Marseille le 25 septembre 1944. Il prit la dénomination de "MARSEILLE NAVAL" le 1er mai 1963.

Il assurait le rôle de bureau centralisateur pour le courrier de première catégorie (correspondances officielles, plis et cartes postales privées) des département du Sud-Est et pour le courrier de seconde catégorie de toutes origines.

Il joua un rôle important lors de la Guerre d'Algérie : il était chargé de l'acheminement par voies aériennes et maritimes civiles ou militaires vers le bureau postal naval de Mers el Kébir, jusqu'à la fermeture de ce bureau le 30 janvier 1968.

Le trafic postal du bureau postal naval de Marseille baissa ensuite considérablement et celui ci n'assurait plus que la desserte des unités de la Marine Nationale implantées dans la ville et des bâtiments en mission ou en croisière, juqu'à sa dissolution le 30 juin 1971.



Enveloppe à en-tête des Postes et Télécommunications avec griffe linéaire, cachet officiel avec ancre de marine et timbre à date du bureau postal naval de Marseille (04 avril 1966)


Courrier officiel en franchise avec cachets du Centre Administratif de la Marine (C.A.M.) de Marseille et timbre à date du bureau postal naval (17 novembre 1966)