28 août 2012

La franchise militaire des anciens prisonniers de guerre

Dans un précédent billet consacré à la franchise militaire des blessés de guerre, nous indiquions qu'une note des PTT du 25 avril 1946 précisait que la franchise des troupes en campagne était maintenue aux militaires et marins blessés pendant le temps qu'ils demeuraient dans les hôpitaux.

Les anciens prisonniers de guerre non démobilisés, qui étaient considérés comme militaires, continuaient également à bénéficier de la franchise postale pour les lettres simples qu'ils expédiaient ou recevaient pendant la durée de leur séjour dans les hôpitaux et, par extension, dans les sanatoriums.

L'exemption de taxe était acquise pour les plis qui leur étaient adressés par l'indication, dans l'adresse, de la qualité de "ancien déporté politique ou d'ancien prisonnier de guerre en traitement" suivie de la désignation de l'hôpital.

Les correspondances dont il s'agissait en provenance ou à l'adresse d'établissements hospitaliers situés dans les territoires occupés devaient, de plus, être acheminées et traitées par les soins exclusifs de la poste militaire française.



Carte postale adressée en franchise militaire à un "Ex. P.G. en traitement au Sana Libération  S.P. 58451  B.P.M. 517" (Août 1947)



21 août 2012

Etude sur "L'agence postale navale du B.A.P. Jules Verne (1976 - 2008)"

L'Amicale Philatélique et Marcophile Colmarienne, qui s'est notamment spécialisée dans la marcophilie militaire moderne, a édité une brochure consacrée à l'agence postale navale embarquée du Bâtiment Atelier Polyvalent JULES VERNE, qui fonctionna à bord de ce bâtiment de la Marine Nationale du 1er septembre 1976 au 13 mai 2008.




Cette brochure de 24 pages comprend :

- une introduction présentant un historique sommaire du Bâtiment Atelier Polyvalent JULES VERNE,

- la réglementation postale des agences postales navales (arrêté interministériel du 18 avril 1923 créant les agences postales navales + instruction interministérielle sur l'organisation et le fonctionnement des agences postales navales),

- la reproduction à taille réelle de l'ensemble des marques postales de l'agence postale navale du Bâtiment Atelier Polyvalent JULES VERNE (timbres à date, oblitérations mécaniques et griffes horizontales),

- la reproductions d'une douzaine d'enveloppes ou cartes postales revêtues de marques postales de cette agence postale navale.

Cette brochure est en vente au prix de 7 € (frais de port inclus) chez l'auteur : bon de commande à télécharger.


20 août 2012

Le familigramme

Le familigramme (ou "famili") est un message familial court destiné aux personnels des SNLE (Sous-marins Nucléaires Lanceurs d'Engins) en patrouille.

Le destinataire ne peut recevoir qu'un seul message par semaine, qui ne doit pas contenir plus de 20 mots, signature comprise (40 mots depuis l’année 2002). En cas de dépassement, le message est abrégé ou peut être retourné.

L'emploi du style télégraphique est conseillé et tout style ou abréviation inconnu ou non explicité est obligatoirement censuré. Les familigrammes doivent être rédigés en français, en langage clair et compréhensible, non seulement pour le correspondant mais aussi pour toute autre personne amenée à les lire avant leur transmission.

Ils ne doivent par ailleurs comporter aucune indication ou allusion directe ou indirecte sur les mouvements des SNLE et aucune information à caractère général diffusé par la presse ou les moyens audiovisuels, ces dernières étant transmises au sous-marin par ailleurs.

En cas de mauvaises nouvelles, le message est éventuellement renvoyé à l'expéditeur. En règle générale, les mauvaises nouvelles (décès, maladie, annonce de rupture, etc.) et les propos très intimes ne sont pas transmis.




Familigramme envoyé à un quartier-maître sur le Sous-marins nucléaire lanceur d'engins "LE REDOUTABLE" en plongée (27 janvier 1982)




10 août 2012

Un uniforme qui raconte l’histoire de la Poste navale

Nous vous présentons ci-dessous un intéressant billet paru sur le blog de "L'ADRESSE - MUSÉE DE LA POSTE" le 27 juillet dernier :


Une tenue d’officier de la Poste navale – veste, pantalon, manteau et casquette – vient de faire son entrée dans les collections de l’Adresse Musée de La Poste. Un don d’un “postier marin” qui donne l’occasion de revenir sur le rôle et l’histoire de la Poste navale …



© Photo L’Adresse Musée de La Poste, Paris


Le tout récent don de Michel Tuffeu - une tenue d’officier de la Poste navale - permet au musée d’enrichir encore sa déjà très belle collection d’uniformes. Né en 1946, Michel Tuffeu est appelé à l’activité aux PTT en 1965 avec le grade de contrôleur. Il débute ainsi sa carrière à Paris, au centre d’enseignement. Dès octobre 1965, il est affecté à la Poste navale, au bureau de Hourtin Naval, en Gironde, en tant que matelot appelé du contingent. Libéré de ses obligations militaires, il intègre ensuite le bureau de poste d’Arnouville-lès-Gonesse, dans le Val d’Oise.

En 1978, Michel Tuffeu est détaché à la Poste aux armées, secteur marine, avec le grade de Premier Maître de la Poste navale. Il est alors affecté au bureau de Paris Naval (dans le 8ème arrondissement de Paris). Après plusieurs promotions en 1979, puis en 1988, il est nommé chef du bureau de Brest Naval. Et en 1997, Michel Tuffeu rejoint l’Etat-major de la marine en tant qu’adjoint au Directeur de la Poste navale. En 2003, il devient responsable du détachement de liaison de la poste interarmées auprès de l’Etat-major de la marine. Le grade et l’uniforme “Marine” sont conservés. Michel Tuffeu fait valoir ses droits à la retraite en 2006. Et fait don tout récemment au musée de La Poste d’un uniforme d’officier de la Poste navale …

La poste navale disposait à la fin des années 1950 et au début des années 1960 de quatre bureaux en métropole : Paris (fermé en 2002), Marseille (fermé en 1971), Toulon (fermé en 2009) et Hourtin (fermé en 2000). « Paris naval », tout particulièrement, est un bureau important qui dessert l’Etat-major et les services de la marine à Paris. Et qui centralise le tri des dépêches en provenance ou à destination des bâtiments en mission en mer. Hormis Hourtin, ces bureaux existent depuis la Seconde Guerre mondiale et sont identifiés par un numéro jusqu’en 1963. A cette date, ils sont transformés en bureaux permanents, avec une identification géographique inscrite dans le timbre à date à la place du numéro. Leur activité est liée à la desserte des bâtiments et au trafic postal entre les ports militaires. D’autres bureaux seront mis en place ultérieurement : Brest ouvre en 1969 (fermé en 2009), Cherbourg en 1979 (fermé en 2008) et Lorient en 1985 (fermé en 2008).

La réforme de « l’interarmisation », qui a lieu en janvier 2003, supprime la spécificité navale. Les bureaux deviennent alors des BPI : Bureaux de la Poste Interarmées. Ils demeurent toujours à vocation “marine”, mais fonctionnent comme les autres bureaux à vocation “terre” ou “air”. La mention « naval » est remplacée par « armées » et l’ancre de marine supprimée dans les timbres à date. Tous ces bureaux sont dissous entre juin 2008 et janvier 2009. Mais cet uniforme rappelle la mémoire de ces services et des “postiers marins” qui y étaient intégrés. (PR / MN) 


Les collections de l’Adresse Musée de La Poste, 34 Bd de Vaugirard, Paris 15ème.